aller à la navigation

Lancement de la session 2012 de son Institut sur l’enfance et la jeunesse du CODESRIA – Date limite : 15 août 2012 mai 16 2012

Infos : , ajouter un commentaire

Thème: La jeunesse, les transformations sociales et le développement en Afrique

 

Date: 3-21 septembre 2012

 

Lieu: Dakar (Sénégal)

 

APPEL À CANDIDATURES 

 

Le Conseil pour le développement de la recherche en sciences sociales en Afrique (CODESRIA) a le plaisir d’annoncer la session 2012 de son Institut sur l’enfance et la jeunesse qui se déroulera sur trois (3) semaines, du 3 au 21 septembre 2011. L’Institut est un des volets du Programme d’études sur l’enfance et la jeunesse et a pour objectif de renforcer les capacités analytiques des jeunes chercheurs africains sur les questions relatives à l’enfance et à la jeunesse en Afrique et ailleurs dans le monde. L’institut est conçu comme un forum interdisciplinaire annuel au cours duquel les participants peuvent réfléchir ensemble sur un aspect spécifique des conditions des enfants et des jeunes en Afrique.

 

Objectifs

 

Les principaux objectifs de l’Institut sur l’enfance et la jeunesse sont les suivants :

 

1. encourager le partage d’expériences entre chercheurs, acteurs de la société civile et décideurs de différentes disciplines, orientations méthodologiques et conceptuelles, et provenant de zones géographiques/linguistiques différentes;

2. promouvoir et améliorer la culture de valeurs démocratiques qui permet d’identifier et d’aborder efficacement les problèmes auxquels les enfants et les jeunes sont confrontés sur le continent africain ;

3. encourager la participation des enseignants et des chercheurs dans les discussions et les débats portant sur les processus de développement des enfants et des jeunes en Afrique.

 

Organisation

Les activités de tous les instituts du CODESRIA sont basées sur des présentations faites par des chercheurs africains, des personnes ressources du continent et de la diaspora ainsi que des participants dont les candidatures ont été sélectionnées. Les sessions sont dirigées par un directeur scientifique qui, avec le soutien de personnes ressources, s’assure qu’un large éventail de recherches et de questions politiques sont exposés aux lauréats. Chaque lauréat doit rédiger un article découlant d’un travail de recherche devant être présenté au cours de la session. La version révisée de l’article fera l’objet d’une évaluation par les pairs en vue d’une publication par le CODESRIA. Le Centre de documentation et d’information du CODESRIA (CODICE) mettra à la disposition des participants une bibliographie aussi complète que possible se rapportant au thème de l’institut. Les participants auront également la possibilité d’accéder à un certain nombre de centres de documentation situés à Dakar et dans ses environs. L’institut sur l’enfance et la jeunesse du CODESRIA se tiendra en français et en anglais par le biais d’un système de traduction simultanée.

 

Thème : La jeunesse, les transformations sociales et le développement en Afrique

 

 Le thème de l’édition 2012 de l’Institut sur l’enfance et la jeunesse est La jeunesse, les transformations sociales et le développement en Afrique. Il s’agit d’examiner de manière plus approfondie les approches théoriques et empiriques permettant de comprendre le rôle joué par les jeunes dans la transformation des sphères sociales, économiques et politiques en Afrique. La conceptualisation, la définition et la représentation des jeunes et de leurs mondes sont devenues une préoccupation importante pour les chercheurs qui veulent comprendre comment la recherche elle-même a construit les jeunes comme un groupe social distinct, souvent présenté comme perturbateur d’un ordre social cohérent et de ses institutions. Les études qui ont appréhendé les jeunes comme des délinquants, des personnes mal avisées, causant des crises sociales, promptes à faire des bêtises, ou comme des sujets plutôt que des agents de leur propre vie, ont donné un aperçu intéressant des perceptions et des constructions de la jeunesse. De même, des études menées par des chercheurs, pour qui les jeunes en Afrique doivent être considérés sous des angles théoriques et empiriques allant au-delà de ces notions stéréotypées de révolte et de vulnérabilité, ont montré comment les progrès récents en matière de technologie, l’intensification des processus mondiaux et l’affaiblissement continu de l’État-nation contribuent à renouveler et à complexifier les manières de comprendre ce que signifie être jeune en Afrique aujourd’hui. En effet, les interrogations relatives aux jeunes et celles permettant véritablement d’appréhender leur vie, ont été biaisées par des définitions et des questions de recherche souvent issues de contextes socioculturels et politico-économiques étrangers aux expériences directes de la plupart des jeunes africains. Il est donc impératif que la recherche sur la jeunesse en Afrique remette en cause non seulement les explications unilatérales ou simplistes de la vie des jeunes, mais aussi qu’elle tienne compte du fait que ces derniers constitue une population importante, qui croit de manière constante, subit des changements tout en influant sur eux, car la société elle-même est en perpétuelle transformation.

 

Sur le plan démographique, l’Afrique est un continent jeune, avec 40% environ de sa population âgés entre quinze et vingt-quatre ans, et plus des deux tiers ayant moins de trente ans. Ce poids remarquable de la jeunesse a rendu plus complexe la place parfois secondaire qu’elle occupe en Afrique aujourd’hui ; ceci exige en matière de recherche une approche approfondie et des analyses capables de rendre compte de cette complexité de l’identité, de la vie, des ambitions des jeunes et du rôle essentiel qu’ils jouent dans la transformation de leurs sociétés. De nouvelles manières d’analyser cette complexité sont essentielles, car les points de vue sociologiques classiques de la société qui la voient reproduite à travers un processus linéaire et chronologique marqué par les étapes de l’enfance, de l’adolescence et de l’âge adulte, ne sauraient suffire dès lors qu’ils tendent à promouvoir l’approche de la « jeunesse comme problème », considérant souvent des pratiques telle que la participation à des conflits ou le fait de ne pas se marier au « bon moment » comme chaotiques et déviantes par rapport à l’ordre social. Bien que ces perceptions correspondent parfaitement à une vision sociale traditionnelle du monde africain façonnée par la gérontocratie où le pouvoir culturel et politique est exercé par ceux qui ont accumulés des connaissances empiriques, les données démographiques relatives aux jeunes et leur désir de grands changements sociaux ne peuvent plus être ignorés. Aujourd’hui, comme l’ont montré de nombreuses recherches, certes de faible envergure, qui appréhendent la culture comme un processus créatif, contesté et complexe de (re) production sociale, les jeunes façonnent activement la société grâce à des stratégies telles que l’invention de nouvelles formes de langage, les contributions créatives à l’économie à travers la culture populaire, la reconstitution des mouvements politiques par la participation à des rébellions armées ou à des manifestations non-violentes, et la refonte du discours public à travers les médias sociaux et la culture expressive, entre autres. Le « Printemps arabe » est une bonne illustration de cette vitalité et de cette créativité, avec des jeunes au premier rang des mouvements de protestation publics qui ont conduit à des changements de régime en Tunisie et en Egypte. Grâce à l’activisme suscité par l’interconnexion croissante de cette génération, du fait des médias sociaux et de la technologie, ces jeunes, comme beaucoup de leurs pairs dans d’autres parties de l’Afrique, réagissent à la réalité des bas salaires, du chômage élevé et de la mauvaise gouvernance, phénomènes étroitement liés aux problèmes économiques. Les changements socioéconomiques et politiques incessants, mus par des institutions financières et des gouvernements occidentaux, ont contribué, par exemple, à une transformation progressive de l’espace africain à travers un processus qui a affaibli l’appareil d’Etat et renforcé la place des jeunes au centre de la vie publique comme en témoigne certains de ces mouvements. Les stratégies de développement du continent, qui ont été en grande partie fondées sur les mesures d’austérité sévères imposées par les Programmes d’ajustement structurel (PAS) des années 1980 et soutenues par la libéralisation économique et la marchandisation continues dans les années 2000, ont eu des effets fortement négatifs sur la jeunesse africaine. Cependant, il y a également eu des signes de changement positif. La croissance du PIB dans des pays comme l’Angola, l’Éthiopie, le Ghana et la Guinée équatoriale avant la fin de l’année 2010 reflète la croissance économique de 6% enregistrée à travers le continent avant la crise économique mondiale de 2008. Des études antérieures ont également montré que le travail des jeunes peut jouer un rôle important dans le processus de développement, en particulier dans les pays où les sociétés rurales sont prédominantes. Aujourd’hui, nous savons qu’avec le progrès de la science et de la technologie, les jeunes sont bien préparés pour assimiler et maîtriser les outils scientifiques et technologiques nécessaires pour stimuler le développement. Cependant, il est fréquent qu’un tel développement ne s’accompagne pas de l’amélioration des infrastructures et des processus démocratiques. Dans de nombreuses régions du continent, le niveau de vie s’est amélioré, mais l’écart entre les riches et les pauvres continue de croître, le chômage reste endémique et les jeunes sont particulièrement affectés. Cela ne se limite pas à l’Afrique, mais est perceptible au niveau mondial. La crise financière de 2008 et ses impacts sociaux dans les pays du Nord, par exemple, montrent que les problèmes des jeunes et le changement social sont devenus un défi mondial dans le contexte de ce que certains appellent la « crise du capitalisme » et que d’autres considèrent comme la « fin du capitalisme ». Les manifestations de colère et de déception, comme celles symbolisées par le mouvement « occuper Wall Street », montrent des jeunes cherchant à bloquer le système social en exigeant plus de justice sociale et d’égalité et à leur tour forçant les problèmes des jeunes à franchir de nombreuses frontières. Bien que ces questions soient plus cruciales en Afrique, en raison principalement de la jeunesse de la population de ce continent et des nombreux défis à relever dans des domaines tels que l’éducation, la formation, l’emploi et la santé, elles appellent à une prise de conscience chez les chercheurs de la nécessité de positionner, de manière critique, les jeunes au centre de toute analyse des transformations sociales et du développement au niveau continental et mondial.

 

Les discussions précédentes invoquent un certain nombre de questions de recherche qui peuvent être abordées par les participants pour un examen plus approfondi: Comment concilions-nous et comprenons-nous toutes les réalités socio-économiques et politiques concurrentes en Afrique ? Comment les jeunes, en tant que majorité démographique, peuvent-ils exercer le pouvoir, transformer leur monde marqué par des niveaux de chômage élevés et dans un contexte de faible croissance économique en utilisant les nouveaux modes de communication et les nouvelles technologies? Quel rôle les jeunes jouent-ils aujourd’hui en Afrique dans la transformation de leurs sociétés et comment ces transformations à leur tour déterminent-elles le développement global? Quels sont les rôles des mouvements populaires décentralisés initiés par les jeunes et que présagent-ils en matière de changements socio-économiques et politiques dans leurs pays, vu l’exemple en Egypte, où un parti bien établi (les Frères musulmans) a reçu un appui suffisant pour prendre le leadership politique et laisser de nombreux jeunes, pourtant impliqués dans le mouvement initial, privés de leurs droits? Les jeunes en Afrique transforment-ils leurs sociétés ou leurs mouvements sont-ils si peu structurés qu’ils n’apportent pas de changements durables dans leurs sociétés? Quelle est la place des relations et des processus internationaux dans la détermination et l’appui au développement socio-économique et politique des jeunes en Afrique ? De quelle manière les jeunes ont-ils été impliqués dans les processus démocratiques dans leurs pays ou leurs communautés et comment cette participation détermine-t-elle l’identité et les idées politiques des jeunes? Les médias sociaux vont-ils déterminer les manières dont les jeunes s’engageront dans leurs sociétés et le monde extérieur et, si oui, à quelle fin? Qu’en est-il de la dimension sexuée des luttes des jeunes pour transformer leurs sociétés? Y-a-t-il des exemples d’l’engagement des jeunes en matière d’innovations économiques et technologiques qui influent sur les tendances nationales et régionales pour ce qui touche aux affaires et à l’investissement? Les participants à l’Institut de cette année devront aborder ces questions et celles qui leur sont connexes.

 

Coordination

 

La session 2012 de l’Institut sur l’enfance et la jeunesse sera dirigée par le Professeur MwendaNtarangwi de Calvin College (USA). En tant que Directeur de l’Institut, le Professeur MwendaNtarangwi assurera les tâches suivantes:

 

•          Aider à l’identification des personnes ressources chargées de faciliter les discussions et les débats durant l’institut;

•          Participer à la sélection des lauréats;

•          Concevoir le cours de la session, notamment les sous-thèmes spécifiques;

•          Faire une série de présentations et mener une analyse critique des articles présentés par les personnes ressources et les lauréats;

•          Rédiger et soumettre un rapport scientifique sur la session.

 

Le Professeur Mwenda Ntarangwi devra également (co)-éditer les versions révisées des articles présentés par les personnes ressources et évaluer les articles présentés par les lauréats lors de l’institut en vue de les soumettre pour une publication par le CODESRIA.

 

Les personnes ressources

 

Les exposés à présenter dans le cadre de l’Institut sont sensés offrir aux lauréats l’occasion d’approfondir leurs réflexions sur le thème de l’institut. Les personnes ressources doivent, par conséquent, être des universitaires confirmés ou des chercheurs en milieu de carrière qui ont beaucoup publié sur le sujet, et qui ont une contribution importante à apporter aux débats. Elles devront produire des supports écrits qui inciteront les lauréats à engager la discussion et le débat sur leurs exposés ainsi que toute la documentation disponible sur le thème.

 

Une fois sélectionnées, les personnes ressources doivent :

 

•          Interagir avec le directeur de l’institut et les lauréats afin d’aider ces derniers à réajuster leurs questions de recherche et leur approche méthodologique;

•          Soumettre un exemplaire de leurs supports de cours pour reproduction et distribution aux participants, au plus tard une semaine avant la présentation de leurs exposés;

•          Présenter leurs exposés, participer aux débats et commenter les propositions de recherche et les articles des lauréats ;

•          Revoir et soumettre la version révisée de leurs notes de cours ou de leurs articles de recherche pour publication par le CODESRIA au plus tard deux mois après leur présentation dans le cadre de l’institut.

 

Les lauréats

 

Les candidats doivent être des étudiants en mastère ou en thèse ou des universitaires en début de carrière, ayant une capacité avérée à faire de la recherche sur le thème de l’Institut. Les intellectuels actifs dans le processus politique et/ou les mouvements sociaux et les organisations de la société civile sont également encouragés à se porter candidats. Le nombre de places offertes par le CODESRIA pour chaque session est limité à quinze (15). Les chercheurs non africains qui peuvent financer leur participation peuvent également faire acte de candidature sous réserve des places disponibles.

 

Les dossiers de candidatures

 

Les dossiers de candidatures des personnes-ressources doivent comprendre:

 

•          Une demande de candidature;

•          Un curriculum vitae;

•          Deux (2) articles publiés;

•          Une proposition de cinq (5) pages au maximum, décrivant les questions qui seront couvertes dans leurs trois (3) exposés dont un portant sur les questions de méthodologie.

 

Les dossiers de candidatures des lauréats doivent comprendre:

 

•          Une demande de candidature;

•          Une lettre attestant de l’affiliation institutionnelle ou organisationnelle;

•          Un curriculum vitae;

•          Une proposition de recherche de dix (10) pages au maximum en deux exemplaires, comprenant une analyse descriptive du travail que le candidat veut entreprendre, un résumé exposant l’intérêt théorique du thème choisi par le candidat, ainsi que les relations entre le sujet, la problématique et les centres d’intérêt pris en compte par le thème de l’Institut 2012;

•          Deux (2) lettres de référence provenant d’universitaires ou de chercheurs connus pour leur compétence et leur expertise dans le domaine de recherche du candidat (du point de vue géographique et concernant la discipline), avec leurs noms, adresses, numéros de téléphone et/ou de fax et adresses électroniques.

 

Date limite de soumission des candidatures

 

La date limite de soumission des candidatures est fixée au vendredi 22 juin 2012. Les candidats sélectionnés seront informés du résultat de la sélection au plus tard dans la troisième semaine du mois de juillet 2012.

 

Précision importante

 

Tous les candidats sélectionnés devront impérativement procéder à la collecte de données sur le terrain et la rédaction d’articles pour l’Institut pendant la période allant de juin à fin juillet 2012. Les propositions d’article devront être soumises au CODESRIA au plus tard le 15 août 2012.

 

Date et lieu de l’institut

 

L’Institut se déroulera du 3 au 21 septembre 2012 à Dakar (Sénégal).

 

Soumission des candidatures

 

Toutes les candidatures ou demandes de renseignements complémentaires devront être envoyées à l’adresse suivante:

 

Institut sur l’enfance et la jeunesse

CODESRIA

Avenue Cheikh AntaDiop x Canal IV

BP 3304, CP 18524, Dakar, Sénégal.

Tél: (221) 33 825 98 21/22/23

Fax: (221) 33 824 12 89.

Courriel : child.institute@codesria.sn

Site Web: http://www.codesria.org/

Twitter :http://twitter.com/codesria

Facebook :http://www.facebook.com/pages/CODESRIA/181817969495

 

Japan International Award for Young Agricultural Researchers 2012 – Deadline: June 29, 2012. mai 14 2012

Infos : , ajouter un commentaire

The major objective of this award is to increase motivation among young researchers contributing to research and development in agriculture, forestry, fisheries and related industries in developing countries.

 

This award is promoted by Japan for the benefit of developing countries. Young researchers who show outstanding performance and research achievements that lead to future innovation will be commended with the Award.

 

The Award covers all areas of researches on agriculture, forestry, fisheries and industries, including the food sector for developing countries. Basic research and socioeconomic fields are also covered.

 

Winners will receive a testimonial from the Chairman of the Selection Committee. They will also receive an incentive of US$5,000 each from Japan International Research Center for Agricultural Sciences (JIRCAS), and will be invited to Japan for the Awarding Ceremony to present their research results.

 

Due date for submission of application Friday, June 29, 2012.

 

For further information, visit the

 http://www.jircas.affrc.go.jp/english/young/yi2012_index.html

Programme de bourses de leadership de la fondation Mo Ibrahim (2012) – Date limite : 16 juillet 2012 mai 14 2012

Infos : , ajouter un commentaire

 

Objectifs

Créée en 2006, la Fondation Mo Ibrahim vise à soutenir la bonne gouvernance et le leadership de haut niveau en Afrique. A cet effet, elle vise à:

 

La Fondation Mo Ibrahim (la « Fondation ») finance le poste du programme de bourse de leadership à la Banque. Le/La récipiendaire de la bourse exercera les fonctions et attributions liées à son poste à l’Agence temporaire de relocalisation de la Banque à Tunis (Tunisie), au Siège de la Banque à Abidjan (République de Côte d’Ivoire) ou en tout autre lieu à partir duquel la Banque mène ses activités.

 

Le Programme de Bourses de leadership Ibrahim est une bourse sélective qui prépare la prochaine génération d’éminents dirigeants africains, en leur offrant des opportunités exceptionnelles à travailler aux niveaux les plus élevés, dans des institutions africaines ou des organismes multilatéraux qui ont pour vocation d’améliorer les perspectives économiques et sociales de l’Afrique. Ce programme de  bourse permet aux personnes talentueuses de renforcer et d’améliorer leurs compétences professionnelles, dans le but de contribution à la gouvernance et au développement de leur pays, et ce, par la création d’une réserve de futurs leaders africains. Le/La récipiendaire de la bourse travaillera à la Banque dans cet objectif durant une période maximale de douze (12) mois, et la Fondation couvrira les coûts liés au poste aux conditions suivantes :

 

Fonctions et responsabilités

Le/La récipiendaire de la bourse de la Fondation recevra des directives en matière de leadership du Président, du”Chief Operating Officer » et/ou d’un représentant désigné. Au plan administratif, le/la récipiendaire de la bourse de la Fondation sera affecté (e) au département de la Stratégie de la Banque (STRG). Avec cet encadrement, il/elle participera à la conception et à la mise en œuvre de tâches stratégiques qui vont renforcer et améliorer ses compétences professionnelles et de leader, en vue d’apporter une contribution à la gouvernance et au développement de son pays. Les responsabilités suivantes lui incomberont aussi :

 

 

Critères de sélection

 

Notamment compétences, connaissances et expérience souhaitables

 

Télécharger le document et postuler en ligne : www.afdb.org/jobs

 

Seul(e)s les candidat(e)s qui auront satisfait à toutes les exigences du poste et qui auront été retenu(e)s pour les entretiens seront contacté(e)s. Seuls les dossiers de candidature enregistrés en ligne avec un curriculum vitae (CV) complet joint seront examinés. Le Président de la BAD se réserve le droit de nommer un candidat à un grade inférieur à celui du poste annoncé. La Banque africaine de développement est un employeur garantissant l’égalité des chances, et les candidatures féminines sont vivement encouragées: www.afdb.org/jobs

 

Prix Terre de Femmes de la Fondation Yves Rocher – Date limite : 30 septembre 2012 mai 14 2012

Infos : , ajouter un commentaire

Si une action est utile pour la nature, en bas de chez soi ou au bout du monde, modeste ou d’envergure, elle mérite de retenir l’intérêt. Et peut-être de recevoir le Prix Terre de Femmes !

Seule condition : qu’une femme en soit l’instigatrice et que ce soit elle qui porte le projet.

Les lauréates du Prix Terre de Femmes conduisent des actions qui contribuent à la sauvegarde du monde végétal et à l’amélioration de l’environnement, tout en œuvrant au bien-être de la collectivité.

Depuis 11 ans, la Fondation Yves Rocher s’engage pour une double cause féminine et environnementale grâce au Prix Terre de Femmes. Ce prix met à l’honneur les femmes qui agissent au quotidien en faveur de l’environnement pour que leur engagement serve d’exemple, qu’il ouvre des chemins. Aujourd’hui, ce prix a récompensé plus de 300 femmes du monde entier, dans 15 pays. A chacune de ces pionnières, elle souhaite donner le coup de pouce qui peut tout changer, le coup de projecteur qui facilitera leur l’action. 

 

 Les dossiers sont à remettre au plus tard le 30 septembre 2012

 

Pour plus de renseignements : www.fondation-yves-rocher.org

Appel aux enfants et aux jeunes: quel avenir pour la terre et les sols? – Date limite : 18 mai 2012 mai 14 2012

Infos : , ajouter un commentaire

Le Secrétariat de la Convention des Nations Unies sur la lutte contre la désertification invite les enfants et les jeunes de 25 ans et moins à partager leurs contributions sur pourquoi il faut s’occuper de la terre et des sols et ce que vous faites à cet égard.

Les soumissions peuvent prendre la forme de:

a) courts vidéos (moins de 3 minutes) téléchargés sur youtube.com

b) des photos de vos activités sur le terrain

c) des articles persuasifs ne dépassant pas 700 mots

 

Les meilleures contributions de chaque région seront compilées et diffusées lors de la Journée mondiale de lutte contre la désertification qui aura lieu à Rio le 17 juin. Elles seront également présentées sur le site web Rio+20 de la CNULD.

 

Les soumissions peuvent être dans n’importe quelle langue des Nations Unies: arabe, chinois, anglais, français, russe ou espagnol. Un jury composé de membres du personnel du Secrétariat de la CNULD fera le choix des gagnants.

 

Rappelons que le thème de la Journée mondiale de lutte contre la désertification cette année est : Les sols en santé soutiennent votre vie: ALLONS VERS UNE NEUTRALITÉ DE LA DÉGRADATION DES TERRES. En effet, la CNULD demande à la Conférence Rio+20 de s’entendre sur une cible pour l’arrêt de la dégradation des terres, c’est-à-dire de s’assurer que la dégradation soit évitée complètement et qu’à chaque fois qu’un acre de terre est dégradé, un acre soit rétabli.

 

Les soumissions doivent être envoyées au Secrétariat de la CNULD avant 23:59 GMT le 18 mai 2012 à l’attention de:

Ms. Wagaki Mwangi

Public Information and Media Officer

Courriel: press@unccd.int

Inscrire comme objet du courriel: Children’s and Youth Call

Appel à candidatures - African Youth Road to Rio+20 et Yaoundé+20 - Date limite: 20 mai 2012 mai 14 2012

Infos : , ajouter un commentaire

L’Initiative de la Jeunesse Africaine sur les Changements Climatiques - Cameroun (African Youth Initiative on Climate Change – AYICC) et ses partenaires notamment Jeunes Volontaires pour l’Environnement (JVE) - Cameroun, Actions Vitales pour le Développement durable (AVD), Synergie Jeunesse et Développement, Action Solidaire et Aide21, organisent du 29 mai au 1er juin 2012 à Yaoundé au Cameroun un atelier international sur le processus préparatoire à la participation de la jeunesse aux conférences des Nations Unies sur le développement durable (Rio+20) et sur le changement climatique (COP18) qui se tiendront respectivement en juin à Rio de Janeiro au Brésil, et au mois de novembre prochain à Doha, au Qatar.

 

L’objectif de cet atelier de formation, qui entre dans sa phase 2 après celui organisé l’année dernière à Yaoundé par les mêmes acteurs et leurs partenaires nationaux et internationaux, est de rendre plus efficace et efficiente la participation des jeunes et des medias africains et camerounais aux processus de prises de décisions sur l’avenir de notre planète en vue de réaliser ensemble ‘L’Avenir que Nous Voulons’.

 

La formation est ouverte aux jeunes et journalistes Camerounais et internationaux venant d’associations et médias pour l’environnement et le développement durable. Ils doivent postuler pour leur sélection en remplissant le formulaire au plus tard le 20 mai 2012 à minuit TU. Les frais de participation s’élèvent à 10.000 Fcfa pour les nationaux et à 25.000 Fcfa pour les internationaux. Le nombre de places est limité !

 

Pour accéder au formulaire, cliquez ici

 

Cette initiative s’insère également dans le mouvement mondial MyCity+20 qui a été inspiré par des jeunes étudiants en sciences politiques de l’université Paris Sorbonne. MyCity+20 vise aussi à fournir aux jeunes du monde entier les connaissances et outils nécessaires à leur maîtrise et implication dans les processus et négociations internationales à la Commission des Nations Unies sur le Développement durable (CDD) tout en leur démontrant comment ceux-ci fonctionnement à travers des simulations interactives. C’est la raison pour laquelle la session de formation s’intitule aussi Yaoundé+20.

 

Source: http://avd.organisation.over-blog.com/article-appel-a-african-youth-road-to-rio-20-et-yaounde-20-104998962.html

Pour tout renseignement, bien vouloir contacter

M. Blondel Silenou

Telephone: +237 75718135 et +237 96257214

Email: jvecmr@gmail.com“> jvecmr@gmail.com

Site Web : www.jvecameroun.blogspot.com

Appel a candidatures pour le soutien de l’UEMOA à la formation et à la recherche de l’excellence édition 2012-2013 – Date limite : 15 juin 2012. mai 12 2012

Infos : , ajouter un commentaire

1. Objet

 Dans le cadré des objectifs du Traité de l’UEMOA en matière de développement des ressources humaines, la Commission a mis en place un programme de soutien à la formation et à la recherche. Le présent appel à candidatures vise à présélectionner les bénéficiaires de ce soutien, qui est accordé pour une période de douze mois non prolongeable, non renouvelable et non soumise à report. Peuvent répondre, à cet appel, les ressortissants des Etats membres de l’UEMOA, âgés de 40 ans au maximum, qui entament, dans un établissement d’enseignement supérieur public (national ou communautaire) implanté sur le territoire de l’Union, une formation de troisième cycle professionnalisée (de type DESS ou Master) ou des travaux de recherche qui achèvent une thèse de doctorat prioritairement dans les domaines suivants :

 ·         Sciences de l’Ingénieur,

·         Expertise Comptable,

·         Santé publique,

·         Education.

·         Technologies de l’Information et de la Communication (TIC).

 2. Formulaire de candidature

Les personnes intéressées à faire acte de candidature sont invitées à remplir le formulaire de candidature en ligne sur le site internet de l’UEMOA, à l’adresse suivante: http://www.uemoa.int (section Recrutement), jusqu’au vendredi 15 juin 2012.

 3. Composition du dossier de candidature en cas de présélection

Les personnes présélectionnées .seront invitées à transmettre les | pièces complémentaires suivantes :

 1. Une lettre de motivation ;

2. Un curriculum vitae ;

3. Une copie légalisée du dernier diplôme obtenu ;

4. Le relevé des notes obtenues à ce diplôme ;

5. Un certificat de nationalité ;

6. Le chronogramme de la thèse (uniquement pour les formations doctorales) ;

7. Une facture pro forma fournie par l’établissement d’accueil, indiquant les différents frais : inscription, scolarité, laboratoire… ;

8. Une attestation d’inscription ou de réussite au concours d’entrée dans l’établissement sollicité.

 Très important

 1. Les candidats n’ayant pas obtenu au minimum la mention « assez bien» ou la moyenne de 12/20 au dernier diplôme, ne sont pas acceptés.

2. En dehors du présent appel à candidatures, aucune suite ne sera donnée à toute autre demande de soutien adressée à la Commission de l’UEMOA

 Lomé, le 03 Avril 2012

Le Président de la Commission

CHEIKHE HADJIBOU SOUMARE

Appel à projets AIRD-CIRAD - Date limite de candidature: 18 juin 2012. mai 9 2012

Infos : , ajouter un commentaire

« Doctorants du Sud » est un programme d’appui au renforcement et à la consolidation des potentiels de recherche dans les pays du Sud. Il est mis en œuvre par l’AIRD pour le compte du Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement (CIRAD).

 

Il s’adresse à des étudiants originaires d’un pays en développement des régions intertropicales ou méditerranéennes, titulaires d’un master, ou d’un diplôme équivalent), qui souhaitent réaliser une thèse dans le cadre d’un partenariat entre une unité de recherche du CIRAD et une équipe de recherche du Sud leur garantissant un encadrement de travail de qualité.


Date limite de candidature: 18 juin 2012
.

Quinze doctorants du Sud seront financés à compter du 1er novembre 2012 pour trois ans maximum, pour travailler sur un des sujets définis par le CIRAD. Dans cette perspective, 24 sujets de thèse sont proposés.  L’appel à projets et le formulaire de candidature sont disponibles sur le site internet de l’AIRD.

Pour plus d’informations ou en cas de difficultés pour renseigner les formulaires, vous pouvez vous adresser à aird.doctorants-sud@ird.fr

 

Les documents sont disponibles sur le site de l’AIRD : http://www.aird.fr/bourses/index.html

Prix de la Francophonie pour jeunes chercheurs : 6ème édition 2012-2013 – Date limite : 15 juillet 2012 mai 9 2012

Infos : , ajouter un commentaire

L’Agence universitaire de la Francophonie lance un appel à candidatures pour la sixième édition du Prix de la Francophonie pour jeunes chercheurs.

 

Les « Prix de la Francophonie pour jeunes chercheurs » ont pour but de reconnaître le mérite et la valeur d’un(e) chercheur(se) ayant acquis une reconnaissance scientifique et ayant réalisé une percée significative internationale, en particulier dans le cadre de la Francophonie.

Les Prix sont ouverts tous les deux ans dans les champs disciplinaires suivants : sciences et médecine, sciences humaines et sociales.

 

L’appel à candidatures est adressé aux institutions d’enseignement supérieur et de recherche des pays francophones, membres de l’AUF.

 

Toutes les informations sur les dossiers de candidatures sont disponibles à la page d’accueil du formulaire de candidature en ligne : https://formulaires.auf.org

 

Le Prix de la Francophonie pour jeunes chercheurs s’adresse à des candidats :

  âgés de moins de 40 ans, au jour du dépôt de candidature,

  titulaires d’un doctorat ou d’un doctorat d’Etat,

  pouvant justifier d’une activité de recherche entre 4 et 10 ans après la thèse. Au cas où le candidat serait titulaire d’au moins deux doctorats, l’année de référence sera l’année d’obtention du premier diplôme de doctorat,

  devant être rattachés à des établissements membres de l’AUF.

 

Le dossier scientifique de candidature est composé d’un formulaire et d’un dossier scientifique (cf. annexe 1). Ce dossier doit être complété en ligne jusqu’au 15 juillet 2012.

 

Les noms des lauréats sont portés à la connaissance du public. Les Prix sont remis tous les deux ans lors d’une cérémonie organisée par l’AUF. Une dotation de 9 000 € sera attribuée à chacun des lauréats. Le nombre maximum de lauréats est de 2 par mention.

 

Pour répondre à l’appel : http://www.auf.org/actualites/prix-de-la-francophonie-pour-jeunes-chercheurs-6em/

 

Bourse d’excellence Françoise Barré-Sinoussi – Date limite : 15 juin 2012 mai 7 2012

Infos : , ajouter un commentaire

Description de la bourse

Soucieuse de l’accès à la formation des personnels de santé issus des pays à ressources limitées, le Professeur Françoise Barré-Sinoussi, Prix Nobel de Médecine 2008 pour la découverte du VIH, a accepté de donner son nom à une bourse d’excellence destinée à des professionnels de santé francophones originaires d’Afrique sub-Saharienne ou d’Asie du sud-est souhaitant suivre le Master Santé Internationale de Bordeaux pour conduire dans leur pays des recherches sur l’infection par le VIH et/ou les pathologies associées (infections opportunistes, affections malignes, co-infections hépatites ou tuberculose).

La spécialité Santé Internationale du Master 2ème année Recherche en Santé Publique de l’université Bordeaux Segalen offre depuis une dizaine d’année une formation très sélective et pluridisciplinaire destinée à former des professionnels capables de mettre en œuvre des projets de santé publique prioritaires dans les pays à ressources limitées. Ce Master est habilité par le Ministère Français de l’Enseignement Supérieur.

La spécialité Santé Internationale du Master 2ème année Recherche en Santé Publique de l’université Bordeaux Segalen s’organise autour d’une année universitaire avec des cours dispensés à Bordeaux de mi-septembre à fin mars, un stage de terrain d’avril à août destiné à mettre en œuvre une recherche opérationnelle innovante et une soutenance publique du mémoire de stage qui a lieu à Bordeaux en septembre de l’année suivante.

Ce Master est en particulier à destination de professionnels francophones originaires de pays à ressources limitées qui souhaitent mieux s’impliquer en santé internationale (d’un point de vue recherche, programmatique ou opérationnel) et assumer des responsabilités dans ce domaine dans leur pays.

L’objectif de la bourse d’excellence Françoise Barré-Sinoussi est de sélectionner chaque année entre un et trois candidats originaires d’Afrique sub-Saharienne ou d’Asie du sud-est, au parcours exceptionnel et souhaitant suivre ce Master pour conduire des recherches originales sur l’infection par le VIH dans leur pays d’origine. La bourse finance les droits d’inscription au Master (droits universitaires et frais de formation continue) et une sécurité sociale étudiante, une allocation mensuelle couvrant les frais associés aux sept mois passés à Bordeaux pour suivre les cours ainsi qu’à la recherche de cinq mois sur le terrain, mais aussi les deux allers-retours en avion entre le pays d’origine et Bordeaux.

 

Critères d’éligibilité

Les candidats souhaitant postuler à la bourse d’excellence Françoise Barré-Sinoussi doivent répondre aux critères de sélection suivants :

- Etre éligible pour candidater à la spécialité Santé Internationale du Master 2ème année Recherche en Santé Publique de l’université Bordeaux Segalen (voir modalités détaillées) ;
- Etre un professionnel de santé (médecin, pharmacien, biologiste, psychologue ou tout autre professionnel ayant les prérequis nécessaires) originaire et travaillant de le domaine de l’infection par le VIH dans un pays francophone d’Afrique sub-Saharienne ou d’Asie du sud-Est (liste détaillée ci-dessous) ;
- Proposer une recherche en santé publique innovante qui sera effectuée dans le cadre du stage du Master sur l’infection par le VIH et/ou les pathologies associées (infections opportunistes, affections malignes, co-infections hépatites ou tuberculose) et qui pourra donner lieu à une publication scientifique originale dans une revue internationale à comité de lecture ;
- Proposer un plan de carrière détaillant en quoi l’obtention du Master permettra au candidat de continuer à s’impliquer dans la lutte contre l’infection par le VIH dans son pays ;
- Etre soutenu par le(s) responsable(s) de sa structure employant le candidat.

Les pays éligibles pour la bourse d’excellence Françoise Barré-Sinoussi sont les suivants :

- Afrique de l’Ouest : Bénin, Burkina Faso, Cap-Vert, Côte d’Ivoire, Ghana, Guinée, Guinée Bissao, Mali, Niger, Sénégal, Togo.
- Afrique Centrale et Océan Indien : Burundi, Cameroun, Centrafrique, Congo, Congo RD, Gabon, Guinée Equatoriale, Rwanda, Sao Tomé et Principe, Tchad, Comores, Djibouti, Madagascar, Maurice, Seychelles.
- Asie et Pacifique : Cambodge, Laos, Vanuatu, Vietnam.

 

Modalité de candidature

Les candidats à la bourse d’excellence Françoise Barré-Sinoussi doivent suivre la procédure suivante avant le 15 juin 2012 :

- Candidater à la spécialité Santé Internationale du Master 2ème année Recherche en Santé Publique de l’université Bordeaux Segalen (voir modalités détaillées) ;

- Remplir le dossier de candidature à la bourse d’excellence Françoise Barré-Sinoussi (dossier téléchargeable sur la page d’accueil de la Bourse Françoise-Barré Sinoussi). Les candidats y détailleront leur parcours universitaire et professionnel, le synopsis d’un projet de stage en santé publique sur l’infection par le VIH, un plan de carrière souhaité à l’issue du Master, une lettre de motivation et des lettres de soutien de leur employeur et de leurs anciens professeurs d’université ;

- Envoyer par mail le dossier de candidature à la bourse d’excellence Françoise Barré-Sinoussi à la secrétaire pédagogique la spécialité Santé Internationale du Master 2ème année Recherche en Santé Publique de l’université Bordeaux Segalen, Mme Eveline Andrieux (Formulaire de contact).

La sélection des candidats sera effectuée par un comité international pédagogique et scientifique ad-hoc. Les candidats retenus signeront un contrat d’engagement tripartite entre le candidat, son employeur et le président de l’université Bordeaux Segalen.

 

Contacts

Pour toute demande scientifique ou pédagogique relative à la bourse d’excellence Françoise Barré-Sinoussi, prière de contacter :
Dr. Renaud Becquet
Responsable pédagogique du Master Santé Internationale & Vice-président du comité de sélection de la bourse d’excellence Françoise Barré-Sinoussi
Formulaire de contact

Pour toute demande administrative relative à la bourse d’excellence Françoise Barré-Sinoussi, prière de contacter :
Mme Eveline Andrieux
Secrétaire pédagogique du Master Santé Internationale et de la bourse d’excellence Françoise Barré-Sinoussi
Formulaire de contact


Créer un Blog | Nouveaux blogs | Top Tags | 1170 articles | blog Gratuit | Abus?